En Belgique, l'euthanasie ne cesse de s'étendre comme un cancer. Le nombre d’euthanasies déclarées double tous les quatre ans. 704 en 2008, 1432 en 2012.
Seules 50% environ des euthanasies réellement pratiquées sont déclarées. Le nombre réel d'euthanasies est donc environ le double des chiffres ci-dessus.
La loi belge est ridiculisée.
Le portail des services publics belge proclame hypocritement que l'euthanasie est un droit strictement réglementé, alors qu'il est impossible d'en contrôler les conditions d'application.
Vous avez déjà essayé de contrôler des médecins ?
La Commission de contrôle et d’évaluation laisse tout passer.
Ses membres sont issus d'ADMD et de lobbys pro euthanasie en situation de conflit d'intérêt majeur.
L'euthanasie est devenue un acte discrétionnaire des médecins euthanasiaques.
Trahissant le serment d'Hippocrate, ils présentent l'euthanasie comme une voie thérapeutique.
Pour supprimer la maladie, ils proposent de supprimer le malade.
Le critère de la maladie grave et incurable est délibérément ignoré.
Voici venue l'euthanasie pour convenance personnelle.
Convenance de qui ? Je demande.
On tue désormais au nom du droit à un état de complet bien-être physique, mental et social.
Et on voit bien là toute la perversité de la définition de la santé par l'OMS, au nom de laquelle on peut tout justifier.
Lao-Tseu l'a dit : il faut trouver la voie...

laotseu.jpg